Après Crazy Brave, je me suis glissée avec délice dans le second livre biographique de la poétesse. Joy Harjo se plonge de nouveau dans ces souvenirs mais cette fois de manière plus disparate. A travers ses blessures et ses chagrins, se dessine la poétesse combattante qu’elle est désormais.

Dans un texte mêlant prose et poésie, Joy Harjo parle de ses deuils et de ses plaies. Elle évoque sa vie d’adulte et la manière dont elle s’est construite. L’art et la création occupent une place prédominante dans son cheminement. Par une série d’instantanés de vie et de réflexions, l’autrice nous présente un parcours de vie hors norme et inspirant.

L’être sensible et bienveillant qui transparaît à travers les pages de ce livre est le produit d’une vie tumultueuse et souvent douloureuse. Joy Harjo doit sa sagesse aux épreuves qu’elle a surmontées. C’est dans l’adversité qu’elle a le plus appris et qu’elle a réussi à trouver sa voie. Progressivement, elle s’est reconnectée avec son héritage indien et y a trouvé une source inépuisable d’énergie. Elle accueille les rêves, les visions et les rencontres avec la sagesse ancestrale de son peuple. Le regard qu’elle pose sur sa vie et sur ses choix nous éclaire et nous offre une manière d’appréhender la nôtre. Plus qu’une biographie, c’est une leçon d’humanisme que l’autrice nous livre.

J’aimerais dire à ma mère que je vois dans son histoire une histoire de courage, vu la force qu’elle a trouvée pour continuer et s’en sortir. Je suis la preuve de cette force ; grâce à ma mère, je suis.

J’ai été profondément touchée par l’importance que Joy Harjo accorde au lien maternel. Elle a une vision très fémniste des relations avec ses filles et ses petites filles. La féminité devient sacrée sous sa plume, source de partage et de savoir. La Fille-Guerrière qu’elle est lutte sur bien des fronts. Elle s’engage dans des combats intimes, familiaux mais aussi collectifs. En militant ou en créant, elle tente de faire avancer la cause de son peuple et d’aider sa famille.

Poet Warrior est le livre d’une femme qui se bat, d’une poétesse qui prend les armes, une indiennes qui porte haut son héritage. J’ai été éblouie par l’énergie, la force et la sagesse de cette femme dont les poèmes révèle toute la beauté de l’âme.

Un belle découverte permise par le Picabo River Book Club et les éditions Globe.

Le Rêve américain est un conte de fées où personne ne croira des enfants indigènes accusant un beau-père blanc.