Titre plein de promesses, couverture qui attire l’œil et sujet intéressant, ce livre devait ma plaire. Et pourtant je suis complétement passée à côté, gênée par un problème de rythme. Ce premier roman dresse le portrait de l’Amérique des années 50 à travers deux personnages, Muriel et Julius. Un roman contemplatif qui m’a perdue.

Muriel est serveuse dans un bar où se retrouvent des turfistes. Ils débattent des meilleurs chevaux, des dernières mésaventures des jockeys et de leurs paris sans se soucier d’elle. Attentive, elle en vient à vouloir éprouver le frisson des courses hippiques. Sentant que sa vie conjugale ne lui suffit pas, elle y espère un nouvel élan. Julius, le frère de son mari, doit les rejoindre depuis qu’il s’est fait renvoyer de l’armée. Il tarde à arriver et se fait embaucher dans un casino. Lui qui a très souvent triché aux cartes, est chargé de repérer ses semblables. Mais il tombe amoureux d’un autre tricheur et la passion le pousse à prendre des risques.

Les chapitres alternent entre ces deux personnages qui ne trouvent pas leur place dans un monde normé. Tous les deux sont en décalage et doivent cacher leurs aspirations à autre chose. Ils flirtent avec le danger et doivent vivre dans le secret. Le personnage de Muriel m’a beaucoup touchée. Bien qu’amoureuse de son mari, elle entend rester libre. Élevée par une mère qui n’attendait pas d’un homme qu’il subvienne à ces besoins, elle ne se reconnait pas dans le modèle de l’épouse qu’on attend d’elle.

La question de l’homosexualité est traitée de manière très sensible. Thème rare en littérature américaine, j’ai trouvé que l’autrice l’abordait avec beaucoup de délicatesse. Néanmoins je n’ai pas été emportée par ces histoires mêlées, gênée par le rythme du roman. Les événements tardent à arriver et les digressions sont trop nombreuses. Je n’ai jamais réussi à entrer dans cette histoire à cause de cela. Trop long, trop brouillon, trop bavard, je me suis perdue et ennuyée dans ce roman.

Une déception pour moi, mais je sais que d’autres lecteurs ont été emportés par ces destins croisés donc n’hésitez pas à lire d’autres retours que le miens