Les romans sont souvent portés sur scène. L’an dernier déjà, j’avais vu Le quatrième mur de Sorj Chalandon et les frères Karamazov de Dostoïevski. Cette année j’avais une grande attente pour la mise en scène de En attendant Bojangles d’Olivier Bourdon. Le festival est aussi l’occasion de voir sur scène des pièces de théâtre d’auteur que l’on aime.

  • Des romans sur scène

En attendant Bojangles était donc joué au théâtre de la Luna. Et autant vous dire tout de suite que ce fut un enchantement. J’ai ressenti tout mes émotions de lectrice mais décuplés. C’était beau, drôle et émouvant. Les trois acteurs étaient absolument parfaits. Ils ont vraiment réussi à incarner les personnages et à s’approprier le texte. Le spectacle a d’ailleurs fait salle comble pendant tout le festival, et c’est mérité ! C’est mon gros coup de cœur du festival.

spectacle_20484

 

Les échoués par Franck Mercadal, adaptation du roman de Pascal Manoukian – J’attendais aussi beaucoup de cette pièce, le roman m’avais tellement bouleversé. C’est un seul en scène magistral où l’acteur incarne à merveille les trois personnages principaux. Certains passages sont enlevés mais l’essence du roman est respecté.

spectacle_19315

 

Nous avons aussi pu voir deux spectacles réalisés à partir des ouvrages de Annie Ernaux, L’autre fille par la compagnie Nutritive ! et « Regarde les lumières mon amour » par la compagnie des fous à réactions. Le premier évoque la découverte par l’auteur d’une sœur morte avant sa naissance. Le second est plus un journal méthodique sur les supermarchés et ceux qui les peuples. Ce sont deux sujets très divers, mais les comédiennes qui incarnent Annie Ernaux sont toutes deux formidables. Les mises en scène respectives des deux pièces mettent vraiment en valeur les textes.

 

 

  • Des textes classiques joués

A Avignon, on peut facilement voir des mises en scène d’auteur de théâtre. On a l’embarras du choix quand il s’agit de Molière par exemple. L’an dernier nous avons pu voir trois pièces de Ionesco ( c’était notre petite obsession du moment).

Médée Kali de Laurent Gaudé par la compagnie Ume théâtre – Comme j’ai pu vous le dire ici Laurent Gaudé est mon auteur préféré, celui dont le travail me touche le plus sans que je sache toujours me l’expliquer. Je connais moins ces écrits théâtraux et poétiques. Cette pièces m’a complètement happée. La Médée proposé par la comédienne est terrible,violente. Accompagnée d’un violoncelliste, qui produit des sons plus que de la musique, elle installe une ambiance unique autour d’elle. Le texte est réellement sublimé. (A l’issue du spectacle j’ai pu découvrir qu’il s’agissait d’une compagnie dijonnaise, je vais donc garder un œil dessus pour voir leurs autres productions.)

spectacle_20570 (1)

Ruy Blas de Victor Hugo par la compagnie des moutons noirs qui en propose une version absolument hilarante. C’est un spectacle rythmé et plein de fantaisie. Le ton est toujours juste et joue avec la pièce de Victor Hugo sans la dénaturer. Le tout est accompagné de musiciens qui nous plongent dans l’Espagne du 17ème siècle avec humour.

spectacle_19408.jpg

 

Nous avons aussi pu assister à un représentation du Médecin malgré lui à la cours du Barouf, théâtre qui met à l’honneur la commedia dell’arte. Et il y a Une maison de poupée de Isben dont je vous ai déjà parlé dans mon précédent post sur le festival off.

 

Voilà mon festival en résumé ! Une chose est sûre, il me sera désormais difficile de passer un été sans Avignon. A ceux qui aimerais s’y rendre, je vous engage à sauter le pas, c’est un festival unique en son genre. C’est réconfortant de voir tant de gens prendre des vacances pour voir des spectacles !

Je vais pouvoir maintenant reparler livre, car j’ai lu aussi de jolies choses ces derniers temps.

Publicités