Je viens à peine de rentrer d’Avignon et je m’en remet doucement. Ce festival est complètement dingue. C’est une expérience assez grandiose que de marcher dans les rues entourée de cette foule dont le seul but est d’aller à des spectacles. C’était mon deuxième festival d’Avignon et il fut aussi incroyable que l’an passé. Cette année j’ai pu voir deux spectacles de la sélection « in » et j’en ai regardé deux sur culturebox .

  • La fiesta de Israel Galvan dans la cour d’honneur

Israel Galvan est chorégraphe et danseur de flamenco. Dans ce spectacle, il nous livre sa fête, celle des corps épuisés et des esprits échauffés par la musique. Avec ses chanteurs et ses danseurs, il nous propose un spectacle déstructuré, fait de plusieurs tableaux où règne le bruit. Il occupe tout l’espace sonore, des claquements de talons les plus tonitruants aux frottements de pieds sur le parquet. Le décor, minimaliste, répond aussi à ce besoin de rythmes. Les tables sont couvertes de morceaux de métal qui sonnent au rythme des pas des danseurs. C’est décousu et il exploite peu  la cour d’honneur mais c’est un spectacle néammoins intense. Israel Galvan est un virtuose de la danse, le voir danser est une expérience incroyable.

 

 

  • Face à la mer, pour que les larmes deviennent des éclats de rire de Radhouane El Meddeb au cloître des carmes.

Ce spectacle de danse interroge sur l’exil. Les personnages déambulent sur une scène blanche et fixent l’immensité au son d’un piano et d’un chanteur virtuose. Les tableaux évoquent le tiraillement entre deux cultures, la difficulté du voyage, les liens entre les hommes mais aussi l’embrigadement et le fanatisme. Le chorégraphe, d’origine tunisienne, évoque les grandes questions qui traversent son pays actuellement. Il montre l’échappatoire que représente l’océan dans un pays à l’histoire ambiguë. La mer que l’on contemple est le réceptacle des doutes et des désirs d’absolu. Il y a beaucoup de poésie et de beauté qui émanent de ce spectacle. Le cloître de Carme sublime cela.

 

Sur culturebox vous pouvez trouver les deux pièces du Birgit Ensemble, « Memories of Sarajevo » et « Sur les ruines d’Athènes » qui sont des spectacles intéressants évoquant des moments clé de la construction européenne. Ils sont assez didactictes mais avec des choix de mises en scène intéressants. Ils n’étaient plus joués quand je suis allé à Avignon.

J’ai aussi pu voir 19 spectacles dans le festival off, je vous en parle bientôt.

Publicités